Il y a eu une période avant la réforme assez abominable où on ne pouvait pas remplir nos missions, par l'augmentation considérable du nombre de demandes de salariés ou d'employeurs, d'embauche et de reprises du travail, prenant alors le pas sur les visites périodiques qui devenaient infaisables.

Il y a eu la réforme. Et la période est encore plus abominable, puisque l'application de cette réforme est complexe, elle change un grand nombre de règles de fonctionnement, que nous devons au quotidien expliquer aux salariés et aux employeurs. Mais les interprétations sont diverses, la circulaire d'application a aggravé la confusion, et les différentes publications depuis également.

Et il y a eu l'annulation de décrets sur la fiche d'entreprise et le rapport annuel, sûrement fondée et souhaitable mais venant alors ajouter de l'incertitude. Et ensuite une nouvelle fiche d'aptitude en grand format, avec des mentions illégales, des mentions sur la fiche d'entreprise alors que le décret est toujours annulé, avec des imprécisions donnant lieu à toutes sortes d'interprétations.

Et pendant ce temps-là, les médecins du travail continuent de voir des salariés en souffance, ils continuent de faire des embauches à tour de bras pour de petits contrats, ce qui finit parfois par n'avoir aucun sens, ils continuent d'être les spectateurs impuissants de l'absence de maintien dans l'emploi, de licenciements pour inaptitude, sans reclassement proposé, ils continuent d'avoir le nez sur le guidon entre la forte demande de visites médicales, les études de postes et les fiches d'entreprise à rédiger, et les différentes réunions pour appliquer la réforme, ou celles pour coordonner l'équipe médicale (avec des infirmières).

Les médecins du travail continuent de mendier les documents uniques d'évaluation des risques qui ne sont pas rédigés ou enfouis dans des placards et non mis à jour, ils continuent d'entendre qu'ils ne font pas leur travail de visites périodiques, alors que personne dans un certain nombre d'entreprises ne les sollicite pour faire avancer la prévention en entreprise. Il faudrait qu'ils soient là pour cocher des cases comme sur la nouvelle fiche d'aptitude.

Et pendant ce temps-là, les salariés sont tranquillement exposés à des cancérogènes, à des risques pour leurs articulations, à des conditions de travail parfois mentalement intenables. Dans un monde basé sur l'argent, la finance, le commerce. L'humain disparait de notre monde du travail, et les médecins du travail aussi.