Lors de ma rencontre avec l'employeur, il m'explique combien Tania qui n'est pas francophone parfaitement ne fait pas si bien son travail (malgré les 10ans d'ancienneté où ça ne génait personne).  J'explique de mon côté comment le travail de ménage peut être invisible et source de malentendus entre les gens maniaques du propre et leurs voisins, beaucoup moins exigents. J'essaie de le convaincre qu'après l'événement survenu dans l'immeuble, Tania ne pourra plus faire le local à poubelle, compte-tenu de l'exigüité des locaux et de l'impossiblité de s'enfuir. Elle a d'ailleurs des difficultés pour la baie vitrée, puisque le travail en hauteur tel qu'il est organisé est dangereux actuellement et donc il faudrait se pré-occuper de ces risques-là. Dans la critique de la qualité du côté du ménage, il faudra peut être évaluer si elle a le matériel nécessaire (puisque je sais que ce n'est manifestement pas le cas)...( ce n'est pas si étonnant quand on devient économe sur les produits que les personnes qui font le ménage deviennent inefficaces...et non pas paresseux, aveugles, ou incompétents.)

L'employeur veut bien tout, mais quand même, pour le local à poubelle...c'est embêtant. Et comme j'ai décidé de ne pas changer mon avis médical, je lui propose de le contester auprès de l'Inspection du travail. 

Ce qu'il a fait dès que j'ai quitté son bureau.