L'été et mes misères de santé ont suspendu ce blog. La réforme de notre métier revient d'actualité et cela justifie amplement de reprendre de l'activité par ici.

Ce qui est en train d'avoir lieu est justifié par la pénurie médicale et le constat de dysfonctionnements en partie liés à la gouvernance des services. Il y a deux ans, le Conseil Economique et Social a établit un rapport de l'état actuel de la Médecine du Travail qui est assez complet. Il est possible de le lire ICI.

Après des discussions entre les "partenaires sociaux", le Ministre du travail annonce la réforme de cette institution. Ce qui est annoncé est inquiétant pour la santé au travail et génère de nombreuses réactions. Je vais essayer de présenter ces différents écrits.

Si on caricature notre métier, les visites consistent à peser, mesurer les salariés, vérifier leur vue et leurs urines, et à aller dans les entreprise pour faire des mesures de bruit, ou du tourisme industriel, il n'y a pas besoin de médecins pour ça. Une infirmière pour la première partie, et un technicien pour l'autre, c'est moins cher et voilà, plus de problème de pénurie médicale. Le problème c'est qu'il s'agit bien d'une caricature. Tout le monde connait bien un médecin du travail dinosaure, ridicule. Comme d'ailleurs tout le monde connait un prof ridicule, une vendeuse ridicule, un conducteur de bus ridicule. Mais ce sont bien des caricatures. Ce métier de médecin du travail demande beaucoup de compétences, c'est un métier passionnant et varié, si on s'y intéresse de prêt. Sacrifier tous ces médecins qui font du bon boulot parce que certains sont des caricatures, c'est inquiétant. il ne s'agit pas d'un débat entre politiques et médecins conservateurs mais bien entre politiques et médecins passionnés par la santé des salariés au travail.

Ce débat n'est pas encore clos, enfin, je l'espère.