J'ai joué, j'ai perdu. Enfin, cette année.

Je suis CONTRE la vaccination anti-grippale en milieu de travail si ce n'est pas un risque professionnel (milieu de soins, accueil du public). Mais chez HIBOU, c'est tra-di-tion-nel. C'est comme les guirlandes de Noël, on les mets chaque année et personne n'envisage de ne pas les mettre. Quelqu'un qui dirait "et si cette année, on ne mettais rien ?", tout le monde le regarderait avec réprobation, froncements de sourcils et ejectreait immédiatement ce trouble-fête. Ben voilà, la vaccination anti-grippal, c'est un monument, un acquis social, même.

J'ai essayé de savoir ce que pensaient les médecins qui m'ont précédé à ce poste: "ben, on n'était pas d'accord mais on le faisait quand même". Ah. Bon. Et j'ai écris au DRH pour expliquer mon point de vue:
- il faut vacciner 60% de la populatiopn de l'usine pour un efficacité éventuelle sur l'absentéisme...et ce n'est pas le cas chez vous.
- les recommandations scientifiques concernent les personnes de plus de 65 ans (il ne doit pas y en avoir beaucoup par ici) et les personnes malades (ou parents d'enfants malades).
- le vaccin est probabiliste, ce qui explique qu chaque année, il y a des malades de la grippe, même vaccinés.
- ce n'est pas un risque professionnel dans l'usine. Donc c'est hors de mes missions.
- s'il arrive un effet secondaire, c'est considéré en accident de travail...
- il est possible de faire d'autres projets utiles de santé publique, conmme le sevrage tabagique par exemple.

Réponse: j'ai bien reçu vos arguments, je vous remercie, bon, sans blague, quand est-ce qu'on commence?

GGr. J'ai donc demandé que cette question soit discutée avec les salariés. En CE, la question a été posée sur la pointe des pieds: "bon, au sujet de la vaccination anti-grippale, on la reconduit cette année ?"...réponse des salariés, étonnés: "ben...oui"...Et en CHSCT, j'ai exposé mes arguments, et après délibération, ils ont répondu qu'un médecin (éventuellement un autre que moi) fasse la vaccination.

Soupir. Je vais donc organiser la vaccination cette année en souhaitant presque être grippée ce jour-là.
mais je reste CONTRE cette vaccination qui est en fait une mesure de paix sociale et de lutte bidon contre l'absentéisme. Prendre en otage à leur insu des salairés en affichant que "C'est pour leur bien" me rappelle étrangement le livre d'Alice Miller. Et j'ai envie de hurler. Les salariés eux-même l'ont demandé...