De la suite dans les idées...c'est ce dont a besoin un médecin du travail. La trame de fond de son métier est la prévention des risques professionnels par l'adaptation du travail à l'homme. Pour y parvenir, l'activité du médecin du travail tourne autour de cet objectif à ne pas perdre de vue. Il faut donc à la fois savoir s'adapter aux différentes situations des entreprises, trouver la bonne stratégie pour parvenir au même objectif. Pour cela les consultations sont une source inestimable de renseignements sur le réel de l'entreprise à travers les yeux des salariés, à nous de savoir poser les bonnes questions...Et l'activité de terrain qui reste aussi un moyen de comprendre le travail. Ensuite, le temps fait le reste, il faut donc avoir de la suite dans les idées (et donc des idées!).

Depuis début juillet, j'ai effectué un certain nombre de visite d'entreprise et de chantier de travaux publics. Je suis agréablement surprise par l'accueil qui est fait à un médecin dans les entreprises. Comme je viens juste d'arrriver dans ce service, je fais connaissance avec "mes" entreprises, et "mes" salariés, cela me rend encore plus enthousiaste...et cela permet aussi de prendre de l'énergie pour les entreprises où il va falloir avoir...de la suite dans les idées !

Pour l'instant, pas de nouvelle de l'entreprise E du côté de la direction. Par contre, de nombreuses visites de reprise après arrêt de travail pour accident ou pour maladie, et d'embauche - pour compenser les démissions...je dénombre aussi de nombreuses pathologies articulaires à cause de l'activité de travail. Je compte, je compte, et après je rendrais compte à l'entreprise. Il est possible que les chiffres qui peuvent être transformés en coût, en euros, puissent être mieux compris par la direction, pour l'instant. Je prépare un travail de fond, mais j'ai...de la suite dans les idées.

D'ailleurs, je dois remercier ici ma direction qui a acheté des ordinateurs pour les médecins du service, ce qui me facilite le travail pour beaucoup de tâche et me permet de faire ma recherche documentaire.

...de la suite dans les idées, il en faut ici, puisque la mise en page ne permet pas de retrouver ce qu'on a mis 10 minutes à écrire quand cela s'efface, donc c'est la troisième version de cette note !!

Pour répondre à Nicolas, j'ai effectivement choisi de travailler en service inter-entreprise plutôt qu'en service autonome. Je trouve que la position d'un médecin du travail en service autonome est plus difficile, en tout cas de ce que j'en connais. En effet, être le salarié dans une entreprise qui doit conseiller le chef d'entreprise sur le travail et dépendre de lui pour ses propres conditions de travail me parait difficile. Comme je suis un médecin du travail débutant, j'ai préféré "rouler ma bosse" dans un service inter-entreprise. Conseiller un chef d'entreprise, c'est aussi parvenir à penser le travail dans son entreprise, et il me parait mon compliqué de penser le travail dans une entreprise quand je n'y suis pas moi-même. J'ai l'impression que je prends moins de risque direct pour mon emploi quand je dois emettre des critiques sans dépendre de la personne que je critique, et je comprends mieux les événements en étant à l'extérieur: il y a des éléments qui échappent au médecin du travail en étant en dehors des entreprises, c'est vrai, mais cela permet de penser les choses avec plus de recul. Dernière chose, il est sans doute possible que le fait d'avroi plusieurs entreprises qui ont la même activité, me permette de comprendre que d'autres méthodes sont possibles et d'élargir mes connaissances sur le domaine d'activité, sur les moyens de prévention pour cette même activité, et donc de faire progresser les entreprises pour l'amélioration des conditions de travail dans le but de la prévention des risques professionnels ...(de la suite dans les idées !).