J'ai obtenu des dossiers pour ranger les quelques documents concernant mes entreprises, rangés ainsi par ordre alphabétique. Mes consultations me donnent matière à savoir ce qui va être nécessaire dans ces entreprises: cela détermine des priorités, les entreprises où il est urgent d'aller pour parler de santé au travail, et les autres qui en font déjà.

Certaines de mes entreprises ont l'air d'avoir besoin d'aide bientôt, les salariés ne semblent pas avoir ce qu'il faut (certains se payent même leurs chaussures de sécurité). Comme je ne suis pas l'inspecteur du travail, sauf danger immédiat, je vais commencer par prendre rendez-vous, me présenter. D'ailleurs, un employeur mécontent de l'absence de médecin du travail dans le service à mon poste pendant 6 mois, a téléphoné pour savoir si on prenait la responsabilité de ses visites d'embauche "hors délai". J' ai pris rendez vous avec lui pour qu'il me parle de ses inquiétudes et je lui ai quand même rappelé que si l'inspection du travail ne trouve que cela a lui reprocher, ce sera plutôt indulgent. Non mais.

Les salariés que je rencontre sont vraiment disposés à parler de santé au travail, alors, bien sûr, il y a les préssés ou les conditionnés, qui commencent parfois la consultation par un "j'me mets à poil tout de suite, là?", question à laquelle je réponds que j'ai besoin de faire connaissance d'abord. Mais dans l'ensemble, tous sont prêts à décrire l'activité, répondre aux questions, expliquer. Même avec poésie, humour, et sourires attendris.